Un demi-QSO = une demi-QSL ?

Je suis tombé sur des échanges intéressants autour de l’utilisation des WebSDR. Il ne s’agit pas ici d’un de ces nombreux cas quotidiens de DXers trichant pour pouvoir ensuite de vanter d’être le seul à avoir entendu je ne sais quel DX lointain sur 160m avec une loop dans son salon. Non il s’agit d’un cas dans lequel on peut tous tomber en tant que « chasseur de DX ». 

Voici un mail de VU2GSM qui confirme l’utilisation quotidienne, et pour lui « normale », des WebSDR pour compenser une réception pas terrible …  

Il est effectivement relativement actif en ce moment sur les bandes basses. On est donc tous en droit de se demander si le QSO qu’on était si content d’avoir réussit en était vraiment un ? Est-ce que la satisfaction du moment d’avoir été entendu en VU tombe à l’eau maintenant qu’on sait qu’il écoutait sans doute sur WebSDR situé en DL, ON, ou même en F  ?!!? 

J’apprécie sa franchise, mais je suis très inquiet qu’il ne comprenne même pas le problème ? Y a t-il un tel manque de formation ? Combien d’autres pratiquent la même chose  sans qu’on le sache ?  Pourquoi ne pas imposer des délais de 30 secondes sur ces récepteurs ?

Et du coup, un demi-QSO vaut-il ne serait-ce qu’une demi-QSL ? 

73’s

Print Friendly, PDF & Email