9LY1JM île Banana – Sierra Leone

Depuis maintenant de nombreuses années, F6KOP organise des expéditions à travers le monde….
Malheureusement, il est de plus en plus difficile vue le nombre d’expéditions organisées par des KOPains ou d’autres équipes de trouver des opérateurs libres aux bonnes dates.
Mais depuis que nous avons décidé de mettre en place une petite équipe de 9 à 12 operateurs max, les KOPains répondent souvent présents…
Cette année, deux nouveaux feront partie de l’aventure et croyez-moi, ils ne regrettent pas leur 1ère expédition.
Cette année nous avions encore beaucoup de destinations en vue mais nous souhaitions ne pas nous éloigner de l’Europe, tout en ayant la possibilité de contacter facilement les Etats-Unis, l’Asie et l’Océanie …. Nous cherchions un pays dans le top 100, facile d’accès, avec un endroit étant un IOTA et pouvant accueillir notre équipe, le matériel…
En cherchant, nous avons contacté Mark 9L1YXJ qui est aussi KW4XJ qui vit à FREETOWN capitale de la Sierra Leone et l’idée de l’île de Banana est arrivée très rapidement.

Nous avons pris contact avec Greg gérant de la guest-house DALTON Banana et nous avons lancé le projet 9L2019.
Greg fut d’une grande aide pour les demande de visas et licence; et malgré plusieurs semaines d’attente, nous avons réussi à obtenir l’indicatif 9LY1JM (nous avions demandé 9L7C)

l’équipe 9LY1JM à l’aéroport

Nous souhaitions également comme chaque année faire un QSO avec une école, ce fut cette année le Collège Doisneau de Sarralbe (57). Jean Luc, F1ULQ a géré ce côté du projet en collaboration avec le radioclub F6KFT de Théding (57) représenté par Jean-Marie F1BOW, Denis F4ANN, Laurent F4FDW et Sébastien F5BQU ainsi que Pierre, Professeur de Mathématiques au collège.
Quelques échanges d’infos avec Claude F5GVA a ce sujet on été précieuses.
Nous ferons un petit article spécial au sujet du qso avec l’école, mais malgré une propagation quelques fois capricieuse, nous pouvons dire que ce projet a été un instant fort de notre XP , les journalistes de la presse écrite et la télévision locale ont été présentes pour retransmettre et présenter ce contact radio.
Nous espérons que grâce à ces moments d’échanges et de partages dans des écoles nous pourrons inoculer le virus de notre passion et faire connaitre le radio-amateurisme.

Cette expédition restera dans les mémoires de chaque opérateur, que ce soit sur le plan radio ou nous avons à mon avis réussi notre pari, que sur le plan de la vie. En effet la Guest-house était insalubre, L’hygiène était absente, il n’y avait pas d’eau courante et pas d’électricité; les douches, les toilettes et la cuisine étaient d’un autre âge, de souvenir de DX expéditionnaire ce fut l’endroit le plus sale que nous n’avions jamais vue. Mais cela n’a pas entaché le moral de cette belle équipe….

Mais laissons la parole à Andreas, DL3GA qui a écrit ses ressentiments durant cette expédition

F6KOP-DXpedition

Iles Banana, Sierra Leone

par Andreas Gille, DL3GA

Pour 2019, l’équipe de F6KOP a sélectionné l’Afrique de l’Ouest comme destination; nous partons donc pour la Sierra Leone. Du 10 au 20 janvier, une équipe motivée de dix OM de France, de Belgique et d’Allemagne était active depuis l’île Banana (AF-037).

Pour un groupe important, la question de l’endroit est toujours un défi. Une relation de confiance avec un local sur l’ile est une nécessité. Gregory, le gérant de Dalton’s Guest House, n’était pas seulement prêt à nous accueillir. Il nous a supporté dans notre demande de licence et de nos visas, organisé notre venue sur l’ile, loué nos deux générateurs ainsi que le carburant ainsi qu’un accès rapide à Internet que nous utilisions avec parcimonie. Enfin, notre activité devrait être une priorité absolue par rapport aux autres clients.
L’équipe s’est donc retrouvée le matin du 9 janvier à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle pour effectuer un vol via Amsterdam en direction de la Sierra Leone. Le soir du même jour, nous avons atterri à Freetown, où nous pouvions entrer facilement avec l’ensemble du matériel et avec nos bagages complets. Nous avions loué un minibus, assez grand pour nos bagages et pour nous, mais nous étions à l’étroit et après un peu d’effort de rangement et d’optimisation, le mini bus a pu contenir le matériel et l’équipe, nous étions en Afrique. À cette heure de la journée, seule la route était possible pour voyager. C’était une route bien aménagée et peu fréquentée, nous sommes donc arrivés après deux heures et demie de voiture à une maison d’hôtes près de Kent. Malgré l’heure tardive, nous avons encore pu manger et boire un verre avant de nous mettre au lit.
Tôt le lendemain matin, nous avons traversé la plage pour rejoindre la jetée, d’où nous pouvions déjà voir notre destination, les îles de Banana, malgré le brouillard. Un peu plus tard, deux bateaux à moteur nous ont emmenés avec l’équipement directement à la Dalton Guest House, où nous avons été accueillis par Gregory. Lors du petit-déjeuner commun, nous avons discuté des limites et des possibilités d’installation des antennes et des stations.

Nous avons réparti les antennes, nos ¼ d’ondes monobandes sur la plage et mis en place les quatre stations sur deux tables situées dans l’espace commun pour ne pas dire au milieu du restaurant, avec vue sur la mer.

Deux BOG (Beverage on Ground) en direction d’Europe / Asie et des États-Unis ont également été mis en place.

Cela a duré toute la journée, mais après le dîner, tout pouvait commencer. Seule l’antenne de 160 m posait encore des problèmes. DL3GA a eu l’honneur de réaliser les premiers QSO CW sur 80m.
La nuit, la mer nous a clairement fait comprendre que nous avions placé de nombreuses antennes de manière trop optimiste. En effet, la marée a été plus haute que prévue, rendant quelques antennes qui se trouvaient alors dans l’eau salée inutilisables.

La station CW a eu de la chance et a pu fonctionner sur 80 mètres toute la nuit. Dans la matinée, toutes les antennes en péril d’immersion ont été déplacées plus à l’intérieur de la plage. Ce n’est qu’après la marée que la GP de 40 m a pu être récupérée sur la jetée et replacéé à côté d’un cocotier sur la plage. Le L inversé sur 160m a été hissé sur l’un des plus gros rochers. Plus tard, cette antenne a également reçu un autre câble coaxial et a été réglée à nouveau. Malheureusement, cela a duré longtemps, il a fallu arrêter toutes les stations afin de trouver le réglage optimal. En raison des faibles distances entre les antennes, nous avions des interférences et nous nous faisions du QRM quand nous avions des petits signaux, mais en doublant les filtres sur chaque bande, cela a limité les dégâts.

De plus dès le début de l’xp notre signal CW semblait plutôt irrégulier à des vitesses de 30 à 32 WPM. Ce n’est pas un phénomène inconnu lorsque la CW est faite directement à partir de machines Windows, mais cela est apparu pour la première fois sur une expedition de F6KOP. Le problème n’a disparu qu’après plusieurs redémarrages de nos PC et de WINTEST…

Après 24 heures d’activité, nous avions plus de 4 000 QSO dans le log, nous sommes arrivé à une moyenne journalière d’environ 5 000 QSO avec pour même une journée à plus de 6000 qso.
Dans la nuit du 12 janvier, nous voulions enfin être QRV sur 160 m et DL3GA en a encore eu l’honneur lors de son premier quart. Les conditions étaient excellentes! L’écoute alternée sur les deux BOG a amené un flux constant d’appels et le log c’est rempli facilement. Ce soir-là pas de problème, pas de bruit de fond ou statique, permettant plus de 750 QSO jusqu’à la fermeture de la bande le matin. Cela aurait pu être encore plus important si les appelants s’étaient simplement mieux répartis sur le pileup. Malheureusement, de telles conditions étaient l’exception.
C’était le week-end et cela a amené de nouveaux arrivants sur l’île. Le premier était un jeune homme de Londres qui est resté une semaine et est rapidement devenu un membre de l’équipe. Nous lui devons d’excellentes images et vidéos qu’il a filmées avec son drone. Plus tard, des excursionnistes sont venus sur l’île, qu’ils soient européens ou locaux. Nous avons eu l’impression que nos activités et notre passion les fascinaient plus qu’elle les dérangeait.
Nous avions un générateur diésel et un à essence. Dans la nuit de dimanche, le groupe électrogène à essence a manqué de carburant et le groupe électrogène diesel ne pouvait pas être démarré car la batterie était à plat. Celui à essence a donc dû être utilisé d’avantage, ce qui a ensuite nécessité une nouvelle période de maintenance pour le carburant et l’huile moteur. Nous devions alterner les groupes toutes les 4h. Cette nuit-là, le 160m a malheureusement été très perturbé par beaucoup de bruit statique, nous avons utilisé les BOGs sur 80m.
En général, notre priorité était le trafic en CW, SSB et RTTY. Le FT8 était également inclus, mais était souvent utilisé sur des bandes à propagation plutôt défavorable.

Néanmoins, nous étions régulièrement dans ce mode sur des bandes ouvertes.

Nous avons utilisé la version actuelle de WSJT-X en mode Fox.

Mais après avoir téléchargé les premiers logs sur ClubLog, notre station pilote a reçu divers mails sur des QSO FT8 manquants.

En comparant le log WSJT avec un log que nous enregistrions en parallèle, le souci a été rapidement confirmé. Nous avons réussi à récupérer l’ensemble des qso, en générant un ADIF corrigé à partir d’un logiciel écrit sur place par nos soins.

Cela semblait être le plus petit problème, car certains ne semblaient appeler ni en mode Hound ni sur la bonne fréquence.

Nous avions beau expliquer le mode de trafic en FOX HOUND, aucun QSO pour quelques stations, alors que cela fonctionnait immédiatement pour les autres. Nous en avons déduit que WSJT-X n’avait pas qu’un bug dans la partie log. Cependant, nous avons réussi à atteindre une moyenne de près de 100 QSO/ha certains moments dans ce mode !
Le 160m a eu une nouvelle fois sa chance dans la nuit de lundi.

Le bruit statique était intense, mais sur les BOGs, c’était relativement calme. Ainsi, le nombre de QSO a été augmenté a un peu plus de 1000.

La nuit suivante, la BOG vers l’Europe était complètement sourde.

DL3GA tenta d’entendre les appelants sur la verticale et sur le BOG vers les Etats-Unis, mais cela n’apporta pas grand-chose.

Après quelques essais, le câble coaxial a finalement été identifié comme la cause et remplacé par un câble de rechange. Les conditions étaient cependant mauvaises, à peine une centaine de QSO ont été réalisés. La nuit de mercredi était différente, une belle ouverture de quatre heures sur 160m a poussé le compteur de QSO à plus de 1600. Dans le temps restant, les conditions n’ont pas permis d’augmenter ce nombre considérablement.
Les bandes hautes ont un rendement comparable à la faible activité solaire. Les QSO avec la péninsule ibérique étaient possibles quotidiennement, mais nos appels sur ces bandes restaient souvent sans réponse.

Cela pouvait changer rapidement, surtout en fin d’après-midi, ou parfois les bandes hautes s’ouvraient littéralement.

Une seule journée seulement nous a permis des contacts avec une grande partie de l’Europe sur 12 et 10 m. Nous avons connu lespileups les plus intenses sur les bandes moyennes quasiment jusqu’au dernier quart. Sur ces bandes, des QSO avec tous les continents pouvaient parfois être réalisés en quelques minutes. Les statistiques peuvent être consultées sur ClubLog.
La « grande » zone la plus difficile depuis l’Afrique de l’Ouest est certainement le Japon et l’Océanie. Les ouvertures de la bande, qu’elles soient short ou long-pass ne durent pas longtemps et les signaux sont faibles. Surtout sur 80 et 160 m, les liaisons n’étaient possibles pratiquement qu’au lever du soleil vers le Japon et duraient moins d’une heure.

Vers les États-Unis, notre QTH offrait le meilleur diagramme de rayonnement, sans aucun obstacle. L’Amérique du Sud et l’Australie étant partiellement occultés par l’île, nous ne pouvions certainement pas répondre à toutes les demandes. Les meilleures conditions pour un QSO avec nous étaient sans aucun doute l’Europe. Nous aimerions toutefois souligner que, même notre meilleur trafic, d’avantages de QSO auraient été possibles. Parce que, les Européens, répètent systématiquement leur indicatif deux fois. Lorsque vous lui répondez 5NN, celui-ci vous répond à nouveau avec son indicatif (même s’il était déjà correctement affiché à l’écran), suivi d’un message tel que CFM, QSL, 73, GL, CU. Cela était probablement parti d’un bon sentiment, mais coûtait en réalité beaucoup de temps inutile. Depuis les États-Unis, à l’inverse, la réponse était uniquement 5NN ou 5NN TU – et cela pouvait continuer.

Notre emplacement, Dublin, est la partie des îles de Banana la plus proche du continent. Ici, on peut passer son temps autrement que devant un émetteur-récepteur. Certains d’entre nous sont allés en bateau à moteur dans un bon endroit pour faire de la plongée en apnée, mais il y avait aussi du matériel pour plonger avec bouteille d’air comprimé, surfer et un bateau pneumatique en forme de banane (logique) disponible, mais nous étions a Banana pour faire de la radio et nous n’avons pas profité de ces options. De plus, on pouvait participer à des randonnées guidées sur l’île.
La nuit de samedi devrait être notre dernière à 160m.

Pour le démontage de l’antenne d’émission, il a fallait à nouveau beaucoup d’aide, nous avons donc choisi de le faire samedi.

Dans un dernier effort, nous voulions également trafiquer à nouveau en CW sur 80m.

Nous avons donc réquisitionné la station, qui était principalement en FT8, pour la CW.

Un splitter a été utilisé afin que les deux stations CW puissent utiliser la BOG vers l’Europe / l’Asie. Les tests ont rapidement prouvé qu’il n’y avait pas d’interférence mutuelle entre les deux stations malgré la proximité des antennes. L’ouverture vers le Japon et l’Asie a été utilisée avec succès le plus longtemps possible, mais la demande n’a pu être satisfaite.

Avec près de 1900 QSO à la fin, nous avons atteint notre objectif sur 160m.

Le dernier jour, nous avons tout mis en œuvre pour augmenter le nombre de QSO. Il était nécessaire de réaliser plus de 5 000 QSO pour dépasser le nombre magique de 50000 QSO.

Cela a finalement réussi quelques heures avant le QRT final.


Dimanche, nous sommes partis immédiatement après le petit-déjeuner avec deux bateaux à moteur, nous étions attendus par deux minibus. Nous avons dû prendre le ferry de Freetown à l’aéroport pour éviter la longue route de campagne. Cela s’est avéré être une petite aventure en soi, mais n’était pas la version la plus rapide…

Le dernier vol KLM de cette destination nous a conduits vers Amsterdam via Monrovia, au Libéria.

Apparemment, Murphy était également à bord, car nous avons manqué le vol de correspondance à destination de Paris. Heureusement, le vol suivant était déjà à midi.

A l’aéroport Charles de Gaulle, nous avons pu remettre tous les bagages aux KOPains du radio club qui nous attendaient, puis rentrer par la dernière étape de notre voyage de retour, chacun prenant son chemin. J’espère que nous aurons à nouveau un QSO, quel que soit le lieu de la prochaine expédition.

Un simple 5NN TU serait génial!

la cuisine 4 étoiles au guide Banana
Même « escherichia coli » ne reste pas !

Toute l’équipe, Frank F4AJQ, Jean-Luc F1ULQ, Patrick, F2DX, Andreas DL3GA, Jimi F4DLM, Jean-Baptiste F4ERY, Frank F5TVG, Julien F8AVK, Herman ON4QX, Eric ON7RN, tient à remercier nos sponsors qui nous font confiance depuis de nombreuses années.

Batima, Spiderbeam, KW-Com, ADM , les institutionnels REF, UFT, Clipperton DX Club, ARSM77, LA DX Group, Lynx, Tokyo 610 DX Group , Clublog, Win-Test.

Merci a nos deux pilotes pour leur aide précieuse:

F4GTB Chris et ON8KW Kurt.

Un grand merci a tous les KOPains et a F6KOP pour l’aide apporté à la réussite de cette expédition.

Un grand merci a l’équipe du radio club F6KFT de Théding représenté par Jean-Marie F1BOW, Denis F4ANN, Laurent F4FDW et Sébastien F5BQU ainsi que Pierre Professeur de Mathématiques au collège sans qui le qso avec l’école n’aurait pu se réaliser.

Un merci spécial a nos YL ou à nos proches qui nous permettent de vivre notre passion a fond.

Merci a vous tous, vous qui être de l’autre coté du pile up, et qui nous ont fait confiance.

A bientôt pour une nouvelle aventure avec F6KOP.

Where do we go next?

Le CDXC au salon de Clermont (d60)

crédit photo: F4FLF Olivier

Aux heures du midi au stand
F8FKI au stand RF MECA FILTERS
L’équipe F5KMB
Vue depuis la tribune « brocante »

TX0A (OC-113) – TX0M (OC-297)

DXpedition to French Polynesia: TX0A (OC-113) and TX0M (OC-297)

by Cezar Trifu, VE3LYC

The DXCC entity of French Polynesia (FO) includes about 100 islands and atolls within a large area of southern Pacific, extending approximately 2200 km in the NW-SE direction, and up to 800 km perpendicular to it. These islands are grouped in 12 IOTA references. Except for Morane (OC-297), which has been designated a new IOTA reference in October 2018, the Actaeon group (OC-113) is the rarest. There was only one operation from OC-113, carried out in April 1990 by FO5BI/P from Marutea Sud, one of its atoll counters. Ranked #6 on the Most Wanted IOTA List, this reference is in demand by 98% of IOTA members.


Just landed on Morane

Jean-Yves Lepage and his wife Sandrine, who planned to visit French Polynesia aboard their yacht L’Ile d’Elle during the last part of 2018 agreed to provide transportation to these two IOTA groups for a small team of radio operators. They purchased in Tahiti all the materials we requested, which included a Honda generator, in addition to the one they owned and offered to lend us, two deep cycle batteries and a charger, as part of our contingency plan, sealed drums, tents, gas, food and water supplies.


Camp TX0M.

The operating team included Adrian (KO8SCA) and I. For the OC-113 reference we targeted Maria Est, located 153 km to the northeast of Morane (OC-297). Both atolls are small and uninhabited, with fully enclosed lagoons. Landing and leaving their reefs required well planned and executed logistics, and our skipper Jean-Yves was joined by his friend Bernard, a resident of the Gambier Islands.

Given the weather conditions at the time of our arrival in Gambier, the skipper decided to sail first to Morane, and then to Maria Est. On Morane, Bernard installed a long rope which allowed the operators and the equipment to be moved in safely at high tide with a dinghy. We operated from there as TX0M between December 6 and 10, using IC-7000 and K3 transceivers, KPA-500 and SPE Expert 1.3K-FA amplifiers, and multi-band verticals, powered by Honda generators.


Adrian (KO8SCA) operating K3 and SPE Expert 1.3K-FA.

Cezar (VE3LYC) using IC-7000 and KPA-500.

The log includes 7514 QSOs with 4727 stations in 99 DXCC on 6 continents. About 23% of the contacts were on each of 40 and 30 m, 35% on 20 m, 18% on 17 m, and a few on 15 m. Almost 90% of the QSOs were in CW, with the rest in SSB. The continental distribution was AS 29%, EU 31%, NA 36%, OC 2%, SA 2%, and AF <1%.


Camp TX0A.

Dinner prepared by Chef Bernard.

As the wind direction changed, we were forced to depart from across the lagoon, which required a sustained effort, and took much longer than landing. Once returned to the yacht, it took us 15 hours to sail to Maria Est. Landing there was done by driving the dinghy carefully over the reef, in order to avoid hitting its razor-sharp edges.

We operated from Maria Est between December 12 and 16, when we logged 5135 QSOs with 3446 stations in 79 DXCCs on 6 continents. About 35% of the contacts were on 40 m, 18% on 30 m, 26% on 20 m, and 21% on 17 m, with almost 95% of the QSOs in CW, and the rest in SSB. The continental distribution of QSOs was AS 22%, EU 33%, NA 39%, SA 3%, OC 3%, and AF <1%.

We stayed on the air during night time as long as the bands were open, but weren’t able to sleep during the day at all, because of the very high temperature and humidity. Instead, we preferred to visit the remains of the nearby old seasonal settlement used for copra production or search for shade to cool off a little. For meals, Bernard spoiled us with his tasty fish and lobster cooking skills. Leaving the atoll had to be done from across the lagoon, a 6-hour long effort under a burning sun.


The operations tent.

Since propagation conditions on 20 m to EU were poor, particularly for the western and northern areas of the continent, we decided instead to focus on 30 and 40 m to reach more EU stations. As such, we focused on 17 and 20 m for AS and NA. During our two stops we made a total of 12,636 QSOs with stations in 106 DXCCs. The French radio amateurs ranked #6 among the DXCCs, by both the number of QSOs 149 / 212, as well as for the number of stations (106 / 136) which logged each IOTA, after K, JA, I, DL, UA for TX0A, and K, JA, I, UA, DL for TX0M, respectively.


Departing Maria Est from across the lagoon required a serious effort

We wish to thank Jean-Yves, Sandrine, and Bernard for their strong logistical assistance. We remain indebted to the International Radio Expedition Foundation (IREF), German DX Foundation, RSGB, DX News, Clipperton DX Club, CDXC: The UK Foundation, Swiss DX Foundation, Orca DX and Contest Club, and Dorna DX Club, for their generous grants. Johan (PA3EXX) – pilot station, Mehdi (F5PFP) – logistics, George (VE3GHK) – technical assistance, Maury (IZ1CRR) – website support, and Jean-Paul – our host in Tahiti, are acknowledged for their help. We are grateful to DG2AT, DL6DQW, KD1CT, I2YDX, SM3NXS, N4WW, and N6FX for their exceptional support, to the top donors DL4KQ, JE1DXC, JF4VZT, JJ8DEN, K0DEQ, K1HT, K5MT, K9RR, N4II, N5UR, OE3SGA, OE3WWB, ON4IZ, PT7WA, SM3DMP, SM3EVR, SM6CVX, VE7DP, VE7QCR, VK5MAV, W1JR, W6RLL, WB2YQH, WC6DX, and many others who offered financial aid.