K5D story

Prologue

Bob Allphin, K4UEE K5D DXpedition co-leader and a veteran of eight Top-Ten DXpeditions said, “I’ve never heard anything like this!” as he operated his first shift on the radio. The pileups were tremendous! And so it began….. the 2009 edition of the DXpedition to this rare DXCC location.

 

This DX adventure included world-renowned and novice DXpeditioners, federal and state governments as well as federal agencies and services were also a part of this collage of entities that led to this Top-ten DXpedition becoming a reality. Here is the story of this adventure of a lifetime.

 

Background

Desecheo was created as a National Wildlife Refuge in 1976 and is administered by the United State Fish and Wildlife Service (FWS).  In March 1979, Desecheo was recognized by the ARRL’s DXCC program as a new entity under the separate administration criteria, after the first operation by KP4AM/D.  During the 1980’s and early 1990’s there were 10 operations from Desecheo which kept the demand for KP5 fairly low but in the mid 90’s things changed and Special Use Permits were no longer issued and Desecheo slowly crept up the most wanted list.    The frustrations between the amateur radio community and FWS mounted.  There were repeated denials for Special Use Permits; there were appeals, lawsuits, and a bill introduced in the U. S. House of Representatives.  There was a rogue radio operation, which was accepted for DXCC credit, but was conducted without the permission of the FWS.  All of these actions increased the tensions between hams and FWS, but eventually would lead to a compromise.  By now Desecheo was squarely in the Top Ten Most Wanted DXCC List along with the likes of North Korea and Yemen.

 

Finally, the breakthrough came in January of 2008 and culminated mid-summer when the U. S. Fish & Wildlife sent out a RFP (Request for Proposal) to every radio group and individual that had requested a Special Use Permit to operate from Desecheo in the previous 5-10 years.  Their offer was for a 14-day operation with a maximum of 15 operators sometime in the fall of 2008.  Fish and Wildlife would evaluate each proposal on a point system based on a stringent list of nine items. A three-person panel would review the proposals received. The deadline for proposals was August 15th, 2008 and seven proposals were received.  Finally on October 1st, it was announced that the winning proposal was submitted by The KP1-5 Project team. (This group of people had been involved since 2002 trying to activate both Desecheo and Navassa.) A few weeks later the decision was made that the operation would take place not in the fall of 2008, but sometime in January – March 2009 timeframe.

 

134

Groundwork

Bob Allphin, K4UEE, and Glenn Johnson, MD, W0GJ were co-leaders.   It would require nearly a week in Puerto Rico to gather provisions and collect equipment for our operation.   After a two week operation, it would take some time to dismantle, clean and store/ship equipment.   The minimum time commitment for the entire operation would be 3½ weeks.   Many of the team had jobs that prohibited them from a commitment this long.  Therefore a plan was developed for three teams.  Team 1 would be present from start to finish.   Team 2 would be present to prepare and operate the first week.   Team 3 would arrive at the midpoint and stay to pack things up.   This helped give seven more people a chance to participate in a very rare DX entity, and provide fresh operators.

 

 

 

The island’s overall ranking of #6 most needed in the world. It was #3 in EU and #2 in Asia; this was a factor of 2+ more important in these regions. Therefore, early in the planning stages it was determined that Europe and Asia would be a primary focus for the DXpedition.

Because of antenna location of previous operations, EU was always at a disadvantage. We knew that we had to make a serious effort to get as many EU operators in the log as possible.

We knew that we must have a very good signal in order to work the pileup down. The Co-leaders made our intentions known early by issuing press releases explaining that when the band was open to a specific area that we would have everyone else QRX.

The Reconnaissance Trip – Four members of the team flew to Puerto Rico in mid-December for a reconnaissance mission.   They worked on transportation to Desecheo from Puerto Rico, looked for storage facilities for our equipment, had a meeting with FWS officials, and found sources for our supplies.  The highlight of the trip came on day three of our stay when they visited Desecheo.  There would be no radio, only a site survey to plan our station locations and antenna placement. Additionally, areas would be swept for UXO.

Preparing for Europe

Previous operations from Desecheo did not have good antenna locations to provide unobstructed paths to Europe.  Antennas were usually placed on the beach and were satisfactory for North America, South America, and to some extent, Asia, but the path to Europe was blocked.  While on the island, Ralph, K0IR crawled through a row of brush at the north end of the helipad.  He had found a small clearing about 100 feet above the sea.  It would be an excellent site for a small yagi and a vertical.  It would work well for a path to North America and Asia.  He continued to survey the landscape and spotted a high ridge to the east of the helipad.  He asked a FWS official if he could climb to the ridge and was told he could.  After climbing to the top of ridge, he looked in amazement.  When he stood atop the ridge, there was nothing between him and Europe except salt water. He shouted to the rest of the team, waving for them to come to the ridge.  A 30 meter vertical, an 80 meter vertical, and a WARC beam in would be placed in this area.  Europe would hear us!

Getting There……

When we talk about arrival and departure for Desecheo 2009 there are three parts to the story, i.e. to Puerto Rico, to the west coast and to the island. Each is a story unto itself. Here is that story…………….

 

 

10291

 

Departure for Puerto Rico would begin with Team 1 and 2. Team 3 would follow in just under two weeks. Our Team consisted of hams from coast to coast, north to south of the United States, Canada and Puerto Rico. The K5D team did their part to support the airline carriers in North America. Most of the team departed from their homes and arrived in San Juan on February 7th.

No story about Desecheo 2009 would be complete without the following: All of our plans were falling into place nicely.   However, five days before the team would depart for Puerto Rico; we were informed that the Super Puma helicopter, that was planned, would NOT be available.   It was being fitted with new instrumentation and the process would not be complete until March and the helicopter could not fly until then. We were back to square one with transportation.  We could not find a large enough boat to handle all of our gear.  Would we have to resort to the MicroLite-type of DXpedition? Therefore, the first order of business when we reached the west coast would be to determine the options that would be available. The success of the operation hung in the balance.

Our first evening in Puerto Rico, we had dinner with some local hams; one was an influential member within the Puerto Rican government and we discussed our dilemma with our host at dinner that night. You will understand the significance of that in a later.

The following morning we underwent Unexploded Ordinance (UXO) training. This was a requirement in order to gain access to island and specified in the Special Use Permit that would be issued. Following the training, we were ready to head west. Our destination was Rincon located on the west coast of Puerto Rico. Our transportation arrived at the hotel and after an hour of loading we were underway.

 

The destination was the Lazy Parrot Hotel in Rincon. Rincon is lovely town on the west coast of Puerto Rico a mere 14 miles from Desecheo Island. Due to chance on-air meeting by team member K9SG with WP3R, we stopped by the Arecibo Observatory (www.naic.edu/) which was on the way. Gary learned that Angel worked at the observatory and we could have a private tour of the facility. We will all tell you that if you ever have the chance to visit Arecibo, do it. It is truly an amazing place. You won’t be sorry. As we arrived at the observatory, we OBSERVED that our bus had a major problem. The transmission of the bus was going out. We went on with the tour while the driver arranged for another bus.

 

We finished the fascinating tour, transferred the bags and we were off again; however we are woefully behind schedule. Bob, K4UEE spent the majority of the remaining time on the highway on the cell phone arranging for our late arrival with the rental car company and others. Team 3-member Eladio, WP3MW played a vital part in this and countless other aspects of our time in Puerto Rico.

 

049

 

We finally arrive at the Lazy Parrot and settled in for four hard days of preparation. Just down the road from the hotel was an incredible view of the island (see below). The first order of business Monday morning was to resolve our transportation dilemma. As this got underway, other teams headed out to arrange for equipment that were shipped prior to our arrival to be delivered to the staging area; while other teams set out to buy the supplies that were available locally. Mayaguez, just south of Rincon, is a large city with all the stores we needed to fill out the supply list.

By the end of the first day in Rincon a small flotilla of boats had been arranged for to take the place of the helicopter. The DXpedition would proceed but with a radically changed plan that all centered on the weather and sea conditions; conditions were not good. For the first three days we would look out at the island and see a daily deluge of rain and the ocean was getting increasingly rough, too rough to be safe but…..

To make a long story short, with less than 48 hours before our permit became effective, the original helicopter company was back in the mix although the big aircraft was still not available. Additionally, another company with an A-Star helicopter was available. That meant that two smaller aircraft would carry all the equipment, supplies and personnel. We are almost back to the original plan. Remember the influential member of the government. Relief!

By the evening of February 11, we had staged all of our equipment for an early morning departure.   Instead of 4-5 flights with the Super Puma, finishing by noon, it took a total of 39 helicopter flights over 1½ days to get all of our gear to Desecheo!   Desecheo usually bakes in the sun while the west coast of Puerto Rico will get thunderstorms.   There were some afternoon thunderstorms that delayed flights.   The helicopters flew until dark.

On Desecheo, the first loads were people and antennas.  During the first day, antennas were assembled; coax run and the generators were set up to power the camp.   It was after dark, and with the help of floodlights, that we finally were able to assemble our shelters.   It would have been impossible to do this with the helicopter traffic during the day.    The rest of our supplies arrived the next day and were landed away from the helipad.

068

K5D on the Air! 

The helicopter plan was the right decision and fortunately it worked out. The seas were high on D-day and we would likely have been delayed and certainly exhausted if we had used the boat option.

 

The first helicopter flight with five team members departed for Desecheo at 12:40Z on February 12th.  All during the day the 6350kg of equipment and supplies was ferried to the island antennas were assembled, coax run, generators set up and power cables put in place. High winds passing thunderstorms on Puerto Rico during the day delayed several of the flights, but we flew until sunset.  Only then could the shelters be erected, as the helicopter prop wash would have blown them down.  After sunset, the team had a quick meal and started building the camp under the glare of floodlights. Everyone slept well the first night; we were all exhausted!

 

At first light on our second day on the island, everyone was up again and completed setting up the operations tents, a few stations and enough antennas to get on the air. At 16:00Z… operations began!  We put our best operators on in order to handle the huge pileups.  John, W2GD opened up 20m CW and Jerry, WB9Z on 17m SSB.  After a brief celebration, which included the FWS security personnel assigned to keep us safe, antenna work and station setup continued. 24-hours later, we had 10,000 Q’s in the log as we ramped up radio operations.

 

On Saturday, February 14th, ‘Camp Desecheo’ is fully operational.  The operator schedule was implemented and everyone starts the daily routine of operating, eating, antenna and camp maintenance and rest.  Sleeping during the day is difficult because of the heat.

 

The pileups were tremendous!  Bob, K4UEE a veteran of eight Top-Ten DXpeditions said, “I’ve never heard anything like this!”  Because Desecheo was ranked #2 in Asia and #3 in Europe, the team was very diligent about exploiting the openings to these areas on every band.  As the days past, the QSO count rapidly climbed.

 

The Team 2/3 rotation was scheduled for February 19th.This was to take place with a 32 foot fishing boat hired for that purpose but the weather continued to impact our plans. To our dismay, a large low-pressure system to the north and west of Desecheo began to form and 18-foot seas were predicted for the next 48 hours.  The seas far exceeded these predictions. The morning of February 19th, Bob, K4UEE, George, N4GRN, Mike, NA5U and the head of the FWS Security team, checked the boat landing site at 5:00 am and again at 11:00 am local time.  Waves 6-10-feet high were smashing into the boat landing area and then crashing onto the small beach beyond.  It was obvious that a boat landing was not only impossible but potentially deadly!  The decision was made that the only safe way to make the change was again by helicopter. The rotating team members and the DXpedition shared the cost of this decision. The arrangements were made and four hours later Team 2 was at the bar in Rincon and Team 3 was either going through orientation or already on the air.

Surf conditions continued to worsen. FWS officials said they had never seen them this bad. In addition to changing the team transition plan, antennas were torn down. High winds played havoc with the camp tents requiring much attention to keep them in-place. Weather was definitely a factor in this DXpedition.

The resupply boat arrived on the 21st with fresh water and fuel so we could run the amplifiers again! This also allowed the FWS team to transition. The weather continued to be a problem with this being the hottest day on the island. Moving the supplies to camp was an exhausting and took its toll on team members.

 

 

120

On February 24th K5D surpassed the 100K Q’s count on.  Our official goal before the trip was 80K QSOs; so we felt very good about the 100K milestone. We also felt our goal of working many EU stations was achieved. Even though the pileups never really died down, we hope all that needed at least one contact got it.

Camp teardown begins on the 25th and eight helicopter flights begin the process of moving everything and everyone back to Puerto Rico.  Flights were suspended at sundown and scheduled to resume early the following morning.  Three stations stayed on the air the last night, and more QSOs were logged on the low bands.

At sunrise on 26th, we finished breaking camp.  Radio operations stopped at 0939Z on 40m SSB with K6BAG as our last contact.  The final QSO count was 115, 787! Desecheo 2009 is not in the history books.

Statistics

K5D now ranks #7 among DXpeditions based on QSOs.  K5D ranks #1 for the most QSOs on 30m.  With more than 40% of the total QSOs coming from Europe and Asia the team felt they had done their best to accommodate those regions where demand for a QSO was highest.  We had a total of 32,807 unique QSO’s in the log.  This measure is probably more indicative of our success in giving a Desecheo QSO to those who need it the most.

 

 

 

Here are some statistics from a European perspective:

 

 

Continent

EU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Band and mode

 

 

 

 

Band

CW

RTTY

SSB

Total

 

12

7

 

 

7

 

15

778

55

1409

2242

 

17

3160

409

4013

7582

 

20

4212

723

5086

10021

 

30

6440

865

 

7305

 

40

3759

410

2618

6787

 

80

3853

 

1970

5823

 

160

1626

 

390

2016

 

Total

23835

2462

15486

41783

Country details are provided as an attachment.

 

Epilog

We want to thank the Clipperton DX Club for their support. We sincerely hope that your membership was able to work K5D. Without organizations like yours, DXpeditions like this would not take place. We sincerely thank you!

 

 

 

 

 

VY0A – Ile Fox au Nunavut

Les alentours de Churchill sont connus sous le nom de “la capitale du monde des ours polaires”. Une grande variété d’oiseaux font là-bas leurs nids en été, quand les foques et bien d’autres animaux marins et terrestres y foisonnent. La présence de cette riche faune a mené il y a quelques années à la création de Churchill Wildelife Management Area. Celle-ci inclut l’île Fox désignée refuge des ours polaires et par conséquent hors limites pour les touristes. Cela m’a fait tenter de trouver d’autres potentiels candidats pour cette  escapade à NA-186, moins exigeante du point de vue logistique. Ainsi, avec l’aide de LeeAnn Fishback de Churchill Northern Studies Center j’ai exploré d’autres petites îles au long de la côte, à l’ouest de Churchill. Cependant, l’une après l’autre, j’ai dû conclure que nulle ne  se qualifiait. L’île Fox semblait être le seul choix possible.

 

churchill

La ville de Churchill, au Manitoba.

 

Une investigation plus détaillée m’a révélé la nécessité d’obtenir pour ce voyage à l’île Fox un permis spécial auprès de Conservation Authority. Mais en premier, il fallait établir, l’équipage de l’expédition. J’ai consulté plusieurs radio amateurs qui paraissaient intéressés à s’y joindre, mais malheureusement aucun d’eux n’a pu s’engager à cause de contretemps. Pour la protection et le support logistique on m’a recommandé de contacter Paul Ratson, propriétaire et opérateur de Nature 1st, un des services de guide les plus réputés.

Dès le début, Paul s’est entièrement engagé au projet et son aide a été essentielle au succès de cette opération. Il m’a expliqué que l’île était trop exposée et trop petite pour qu’on puisse assurer une quelconque protection contre les ours. Par conséquent, le voyage aurait été trop risquéé en été. La meilleure option était d’y aller tôt en avril, quand les animaux étaient encore dans le nord. à la recherche de nourriture. De plus, comme les eaux étaient encore gelées on pouvait traverser la baie en motoneige. Grâce aux interventions de Paul, un permis a été exceptionnellement accordé par le Ministère de la Conservation du Manitoba pour le voyage et le camping sur l’île, entre le 31 mars et 2 avril 2009. Deux guides de Nature 1st devaient m’accompagner en permanence durant mon séjour sur l’île. Par la suite Industry Canada a approuvé ma demande d’indicatif d’appel spécial, VY0A.

 

ours_polaire 

Pays de l’ours polaire: “Défense de marcher!”

 

Comme le permis limitait mon séjour sur l’île et gardant en mémoire les péripéties de l’année passée quand pendant cinq jours on a dû rester à Goose Bay en attendant que la météo s’améliore et qu’on puisse prendre un vol, j’ai décidé d’éviter cette fois-ci le voyage en avion. J’ai opté donc, pour le train de Winnipeg jusqu’à Churchill. En dépit de la longueur du trajet, 1700 km en 40 heures le voyage permet des interactions occasionnelles avec ceux qui s’aventurent vers le nord par ce temps. De cette façon, ce genre de voyage offre la possibilité  unique d’entendre toutes sortes d’histoires passées et plus récentes sur les gens et le pays du nord. Le train avait 5 wagons: un wagon-lit, un wagon-restaurant très chic et très bien déservi, deux wagons de passagers et un wagon-trémie. 11 passagers sont montés à Winnipeg, quelques-uns sont descendus, d’autres sont montés, mais à Churchill plus de 20 passagers sont descendus.

 

winnipeg

Cormorant, une petite localité située à mi-distance entre Winnipeg et Churchill.

 

Le train a quitté Winnipeg peu avant le coucher du soleil. Des centaines d’oies revenant de leurs vacances dans le sud, s’arrêtaient dans les champs et six chevreuils s’abreuvaient à 100 m des rails. Il faisait froid mais le ciel était bleu et le soleil brillait doucement. Petit à petit, les champs ont été remplacés par des forêts épaisses d’arbres, ensuite de conifères suivies par la tundra. Si à l’aube, les conifères ressemblaient à des silhouettes étranges, devenaient au cours de la journée argentés et puis d’un vert intense.Les lacs et les rivières étaient complètement gelés et la neige témoignait par les traces laissées du passage des miliers d’animaux à la recherche de vivres.

Finalement, on est arrivés au bout de notre parcours, à Churchill. Comme les jours précédents, le soleil brilliant et le ciel bleu sans nuage m’accueillaient chaleureusement. Il faisait très beau, pas la moindre brise. J’étais reposé et plein d’élan, prêt à partir et commencer mon aventure. J’avais deux guides: Sheldon Olivier et Matthew Ratson. Afin de maximiser l’opération sur l’île, Sheldon m’a attendu à la gare, tandis que Matthew et son berger allemand, Zed, nous attendaient sur l’île où les deux guides avant mon arrivée avaient déjà installé notre camp.

 

baie_hudson 

Les effets des marées hautes dans la baie d’Hudson.

 

Après 25 km en camionette, Sheldon et moi sommes arrivés à Churchill Northern Studies Center, là où la route s’arrête. Là-bas j’ai enfilé mon équipement hivernal et je me suis préparé pour une traversée de 20 km debout à l’arrière sur les patins du traîneau long de 3-4 m, attaché à la motoneige de Sheldon. Sous l’influence des marées, l’eau de la baie en hiver gèle et peut atteindre jusqu’à 1-1,5m de hauteur. De la sorte, la surface de l’eau n’est plus lisse comme une patinoire mais au contraire parsémée de formations glacières ayant l’aspect de cônes volcaniques dont la hauteur varie entre 20-40 cm jusqu’à la taille d’une personne moyenne.

 

traversee_traineau 

La traversée en traîneau a été fort dure.

 

Si les chemins de terre étaient moins exigeants, voyager à travers cette surface pleine d’élévations où il n’y avait d’autre repère que les traces laissées auparavant par mes deux guides lorsqu’ils avaient transporté le nécessaire pour le campement, c’était une terrible aventure. Je gardais à peine mon équilibre sur les patins du traîneau, balloté en tous sens. Afin de gagner du temps, Sheldon a pris un raccourci, mais malgré tous ses efforts il n’a pas pu retrouver ses traces. Ainsi on a dû refaire tout le trajet dès le début ce qui nous a pris 3 heures et environ 55 km de parcours dans des conditions extrêmemement dures et éprouvantes pour moi du point de vue physique.

Si Sheldon s’est arrêté quelques fois pour me montrer l’oiseau officiel du Nunavut, le lagopède avec son plumage blanc comme la neige ou un renard polaire, je dois avouer qu’après toutes ces terribles secousses et dans des conditions si précaires (traîneau rigide, froid, position incomfortable, secousses violentes) je me demandais si je pouvais survivre. On est arrivés complétèment épuisés au camp au moment où le soleil descendait sous l’horizon. J’avais envie de me coucher tout de suite.

 

lagopede

Le lagopède, l’oiseau-emblème du Nunavut.

 

Mais selon mon horaire j’étais en retard, donc je me suis mis à déballer mes affaires et installer l’antenne, pendant que mes compagnons préparaient le diner et essayaient de monter dans la tente un petit radiateur pour nous chauffer. Dehors, la nuit tombait rapidement et la température de même ce qui rendait l’installation de l’antenne d’autant plus difficile. J’ai dû me mettre les bottes car la neige était trop profonde. J’avais quatre batteries d’auto qu’on rechargeait par rotation, en utilisant un générateur à gaz de 800 W. En effet, on en avait deux, un de secours et qu’on employait pour les quelques ampoules  dont on se servait sous la tente. Malheureusement, le générateur créait trop d’interférence sur la bande de 30 et 40 m. Par conséquent, je ne pouvais charger les batteries que lorsque j’opérais sur 20 m. J’ai dû même éteindre les ampoules et utiliser une lampe de poche LCD pointée sur le registre des contacts.

La transmission radio a commencé à 3.30 UTC, le premier avril. Après quelques minutes les chasseurs aux îles m’ont découvert et la cacophonie a vite pris des proportions difficiles à gérer. Compte tenu de la puissance limitée et de l’antenne monodirectionelle et des conditions de propagation pauvres, j’ai estimé qu’une opération en morse pouvait permettre le contact avec un nombre plus important de radioamateurs. Je savais que le SSB était beaucoup plus populaire, mais dans les conditions sus-mentionnées, je crois que c’était la bonne décision.

 

ilefox

Camp sur île Fox.

 

Les jours suivants, le beau temps a continué, mais durant la nuit c’était une autre histoire car la température descendait au-dessous de –20º C. Le petit radiateur que Sheldon et Matt ont installé avait comme rôle de maintenir une température minimale afin de ne pas geler pendant le sommeil dans nos sacs de couchage d’hiver. D’ailleurs, je n’avais pas planifié beaucoup de sommeil. Je portais tout l’équipement et ainsi je n’avais pas froid durant la nuit.. Pourtant, rester dans la même position assise pendant des heures et des heures, aurait engourdi n’importe qui. Malheureusement, je ne pouvais porter des gants et ainsi peu de temps après mes doigts étaient gelés. De temps en temps, je devais m’arrêter quelques minutes et les réchauffer devant le radiateur. Ça ne semblait pas être trop efficace mais l’idée seule me réchauffait.

 

na186 

Opérant de NA-186.

 

Le lendemain, on a reçu la visite des trois membres du Churchill Northern Studies Center, y compris LeeAnn, que j’ai finalement pu rencontrer après des mois et des mois d’échanges par téléphone et par courriel. On a pris quelques photos, on a causé un peu et ensuite je les ai laissés dans la compagnie de Sheldon et de Matt car je devais retourner à l’amoncelèment. Durant la journée, j’ai opéré sur 20 m et puis avec le crépuscule, j’ai passé sur la bande de 30 et plus tard dans la nuit sur celle de 40m.

L’opération au total a duré 66 heures y compris mes 6 heures de sommeil durant la deuxième et la troisième nuit combinées. J’ai fais un total de presque 3600 contacts sur les bandes de 20, 30, et 40 m avec 2800 différentes stations de 61 DXCC et provenant de six continents. Environ 85 % des contacts étaient en morse, le reste en SSB. J’ai utilisé une IC-7000 de 100W et une antenne multi-bandes à fil vertical et un mât téléscopique de 10m en fibres de verre. Voilà l’opération schématisée en tableaux:

 

CONT QSO   %        STN    %        DUPE

 

AF      6          <1       4          <1

AS      429      12        314      11        27

EU      1540    43        1216    44        139

NA      1565    44        1243    44        52

OC      11        <1       6          <1

SA      20        <1       15        <1       2

 

TOT    3571               2798               220

 

equipe 

De gauche à droite: Matt (devant lui Zed), Cindy (de Churchill Center), Cezar et Sheldon.

 

Dans les conditions de propagation données, 6% de QSOs doubles (même bande, même mode) ce n’est peut-être pas excessif. Et pourtant, j’ai du mal à comprendre pourquoi ce pourcentage ait attaint 16% et 15% parmi les stations italiennes et françaises, surtout que beaucoup de ces stations figuraient déjà sur d’autres bandes et modes.

Les premières 10 entités DXCC par nombre de QSOs et stations sont:

 

#          DXCC            QSO   STN    DUPE

 

1          K         1348    1088    43

2          JA       365      267      22

3          DL      268      219      19

4          I          253      184      41

5          VE      193      136      8

6          UA      124      95        13

7          F         122      87        17

8          G         82        68        4

9          SM      80        57        5

10        UR      70        57        7

 

L’opération VY0A a pris fin le 3 avril à 22 UTC. Malgré les deux grands traîneaux disponibles pour le transport des provisions et de l’équipement, on ne pouvait pas faire un seul voyage. Les guides ont dû refaire le trajet les jours suivants afin de ramasser le reste des affaires.

 

preparatifs

Avant de quitter l’île on a fait des préparatifs et on a emballé l’équipement.

Le retour s’est déroulé sans péripéties. On est arrivés au centre vers le coucher du soleil. Mes deux guides m’ont conduit à Tundra Inn, un hôtel très chic à Churchill. Je pouvais finalment manger à mon gré car les rationnements sur l’île ne satisfaisent pas mon appetit. Je suis allé donc directement au The Gypsies, un fameux  restaurant tenu par une famille de Portugais de Montréal. Après le diner, je voulais prendre une douche à l’hôtel, mais probablement j’étais trop fatigué et je me suis endormi tout de suite. J’ai dormi 12 heures, manquant le petit-déjeuner du lendemain matin.

 

avevir_courses

L’avenir des courses à traîneaux: les chiots husky.

Le lendemain, j’ai passé toute la journée à Churchill, flânant dans les ruelles, prenant des photos afin d’immortaliser les subtils changements du paysage hivernal de la baie d’Hudson et de la rivière Churchill. Churchill est une excellente destination touristique pour ceux qui s’aventurent à la découverte de l’Arctique. Chaque saison a ses charmes: l’hiver est la meilleure si on veut admirer l’aurore, le printemps si on veut observer la renaissance de la nature, les oiseaux qui viennent y faire leurs nids, l’automne si on veut voir les ours polaires se préparer pour le dur hiver et l’été si on veut voir les baleines et les bélugas. Outre tout cela, il y a une multitude d’activités en plein air qu’on peut explorer: des randonnées, du canot, de la motoneige, faire du traîneau tiré par des chiens, etc. Churchill abritte aussi quelques sites historiques comme Cape Merry, Prince of Wales Fort et le musée des Inuits qui comprend plus de 800 oeuvres d’art, expression du riche héritage autochtone et plus de 3000 objets des artisans locaux.

Je tiens à remercier ma femme, Lucia, et mon fils, Tiberius de leur compréhension pour ma passion et de leur appui moral inconditionnel. Mes remerciements sincères à Paul Ratson et aux deux guides, Matthew et Sheldon pour leur dévouement et travail au succès de l’opération ainsi qu’à LeeAnn Fishback du Studies Center, mon premier contact à Churchill. Egalement, je veux remercier mon ami, George Kennedy (VE3GHK) pour toute son aide indispensable.

 

palmier

Un palmier flottant en Artique: le drapeau IOTA.

 

Je voudrais aussi remercier pour l’appui financier reçu de IREF, ICOM Canada, GDXF, Swiss DX Foundation, Clipperton DX Club,  Mediterranean DX Club et Truro Amateur Radio Club. Je suis particulièrement redevable à W5BXX pour sa confiance et son appui enthousiaste. J’aimerais exprimer mon appréciation à mes principaux commanditaires individuels: JM1PXG, EA8AKN, JA5IU, JA8MS, JA1BPA, Anonymous (Tokyo), JF4VZT, N6PYN, VE1VOX, JE1DXC, SM6CVX, W3AWU et JA1QXY. Mille remerciements au suivants commanditaires individuels (listés en ordre alphabétique) pour leur aide généreuse: DL5ME, G4SOZ, I1SNW, I4GAD, I4GAS, I4MKN, IK8DDN, IT9YRE, JR0DLU, JH1IEE, JH1QVW, JA1SKE, JA2KVB, JE2QYZ, JA3FGJ, JA3UCO, JH4IFF, JA7DOT, JA9IFF, PT7WA, VE3IQ, VE3JV, VE3LDT, VE3UW, VE3VHB, VE3ZZ, VE7KDU, VE7QCR, VE7SMP, W1OX, WB2YQH, KD3CQ, W3FJ, WA3GNW, WA3HIC, W4DKS, W5GAI, KB5GL, WB5JID, W5VFO, W5ZPA, N6KW, N6VR, K9AJ. Fianalement, je remercie tous ceux qui ont pu inclure un don avec leur demande de QSL direct (voir VY0A sur QRZ.com).

 

VK9X/G6AY

Histoire

 

Le capitaine William Mynors de la East  India Ship Company, la Royal Mary a nommé cette île quand il est arrivé a Christmas en 1643. Cependant ce n’est pas avant 1668 que le premier débarquement enregistré eu lieu. Pendant son expédition océanographique 1872 à 1876 le docteur John Murray collecta des spécimens minéraux des fonds marin, de ce qui est maintenant l’Indonésie et  prédit que des dépôts de phosphate devraient être trouvés sur une île dans cette zone. Le débarquement de la Royale Navy sur Christmas en 1887 confirma ses prédictions et l’Angleterre annexa l’île le 6 juin 1888. Le phosphate est un composant important dans l’agriculture et dans l’industrie et le premier envoi commercial fut expédié au Japon et en Allemagne en janvier 1900. Les opérations minières ont fleuri jusqu’à la première guerre mondiale avec le Japon pour plus gros consommateurs. Quand la guerre éclata dans le sud est de l’Asie en 1941, Christmas devint une cible pour l’occupation japonaise à cause de ses dépôts de phosphates et l’île fut occupée le 31 mars 1942. Les préparatifs ont été réalisés pour miner et exporter le phosphate mais plusieurs actes de sabotage ont mené à ce qu’une très petite quantité ne soit exportée au Japon durant l’occupation. En Octobre 1945, le HMS Rother re-occupa Christmas.

 

Après la guerre l’île était administrée comme une partie de la colonie de Singapour. Le 1er janvier 1958, Christmas fut sortie de cette colonie et devint une colonie de la couronne  du Royaume-Uni. Le 1er octobre 1958, et suite au paiement par l’Australie à Singapour de 2,9 millions de Pound, la souveraineté fut transférée du Royaume-Uni au Commonwealth d’ Australie. Dans des temps plus récents, Christmas a fait sa notoriété en tant que site du IDC (Immigration Detention Center) pour le gouvernement australien à la pointe nord-ouest de l’île, capable d’héberger environ 1100 réfugiés.

 

Climat

 

Christmas a un climat relativement uniforme tout au long de l’année. Les températures varient peu d’un mois à l’autre. La moyenne journalière maximum est de 28° en avril et la moyenne journalière minimum tombe à 22° en août.

Située à environ 1000 km au sud de l’Équateur l’île à un climat tropical équatorial et elle la seulement 2 saisons distinctes : sèche et humide.

La période sèche s’étale de juin à novembre et elle est caractérisée par de longues périodes sèches avec de réguliers vents du sud-est et d’occasionnelles pluies.

 

La saison humide s’étend de novembre à mai quand l’île tombe sous influence de la mousson du Nord Ouest, quand le jour commence avec un banc de nuages venu du nord traverse l’île emportant avec lui des pluies diluviennes intermittentes.

 

La mousson apporte occasionnellement une forte houle et de violents coups de vent. Des pluies importantes peuvent durer parfois pendant plusieurs jours, bien que ce soit plus souvent une alternance de périodes humides et de temps calme. L’état de la mer dérange quelquefois les activités portuaires et de lourdes brumes apparaissent quelquefois à haute altitude également perturbant aussi les vols à l’arrivée et au départ de l’île.

 

Bien que nous étions sur l’île au milieu de la saison sèche nous avons seulement observé de courte mais sévère tempête de pluie, la seconde lorsque nous rentrions dans l’avion sur le chemin du retour.

 

Géographie

 

Située à environ 2600 km au nord-ouest de Perth, à 500 km au sud de la capitale indonésienne Jakarta et à 975 km au nord-est de Cocos Keeling, Christmas est un territoire de l’Australie dans l’océan Indien avec une surface de 135 km² et une population d’environ 1400 Chinois, Malaisiens, et résidents blancs qui vivent pour la plupart dans la partie nord est de l’île. Ceci est un reste de l’époque coloniale où de nombreux travailleurs venus de Chine et de Malaisie étaient employés dans les mines de phosphate. Suite à la réforme menée par l’union en 1980 tous sont maintenant citoyens australiens.

 

Formalités de licence

 

L’obstacle majeur pour obtenir une licence a été éliminé quand l’Australie a intégré en 2008 le système CEPT T/R 61-01, et ce, bien que le  préfixe VK doit être ajouté à l’indicatif du visiteur comme suffixe. Nigel G3TXF a dû être un des premiers à utiliser cette facilité lorsqu’il est passé par le Queensland lors de son séjour dans le Pacifique en mars 2009 ou il a utilisé l’indicatif VK4/G3TXF sans aucune protestation de la part du WIA (ou de n’importe qui d’autre), ceci étant un arrangement bien plus logique et conventionnel. Cependant, en octobre 2009, le WIA et le ACMA ont signé un communiqué de presse indiquant qu’à partir du 1er novembre 2009 et suite à la consultation de la communauté amateur, il ne pouvait plus accepter le fait d’avoir dans le suffixe une lettre utilisée comme identifiant géographiques dans les indicatifs VK9 pour démarquer chacune des six provinces australiennes, incluant Christmas. .  Le communiqué de presse expliquait que, bien que la plupart des opérations depuis les territoires exterieurs exigent un indicatif d’appel VK9 pour DX-ing, les concours ou les questions de QSL, il est autorisé, dans la réglementation d’amateur en vigueur, d’utiliser un indicatif d’appel/VK9 pour des opérations portables.

 

Tout naturellement, Jim a été conscient que l’utilisation de VK9X/G6AY serait contraire aux règles de l’ACMA et pourrait ainsi invalider notre opération pour le DXCC et le IOTA.  Nous n’avions pas envie d’employer G6AY/VK9, comme indiqué !  En conséquence, nous avons posé la question à Jim VK3PC qui avait envoyé le communiqué de presse et nous avons reçu une réponse très rassurante « J’emploierai VK9X/G6AY.  Le monde du DX sait où est VK9X, même si «  notre » WIA ne le sais pas ».

 

Vols

 

J’ai rapidement constaté qu’il y avait un vol charter hebdomadaire (AIOTA) utilisant les avions de la Malaysian Airlines  depuis Kuala Lumpur (KL) via Singapour.  Les vols depuis Londres avec Singapore Airlines coïncidaient bien avec les vols charters et en août 2009 j’ai réservé les deux sièges au départ d’Heathrow (départ le 19 février 2010, retour le 27 février 2010).  J’ai également réservé et ai payé des arrhes sur pour les vols d’AIOTA entre Singapour et Christmas, avec le solde à régler en décembre.

 

Problèmes

 

Quand j’ai contacté l’agence de voyages sur l’île en décembre pour payer le solde, j’ai été informé que la compagnie AIOTA n’opérait plus cette ligne.  Elle était maintenant exploitée par Christmas Island Airlines à des heures légèrement différentes et, d’une manière plus importante, sans arrêt à Singapour.  Ceci signifié que nous devions changer notre date de départ pour  le 18 février,  effectuer un vol de correspondance de Singapour à Kuala Lumpur, rester une nuit et prendre notre vol charter vers l’île au matin du 20.  Il était évident que l’agence était fortement embarrassée car ils ont dû nous réserver des places sur le vol correspondance de Singapour à KL A/R gratuitement.  Nous avons dû payer des extras pour  les changements de vols de Londres à Singapour mais aucune modification n’a du être apportée pour le vol retour. Pour la nuit du 19 février, j’ai réservé une chambre dans l’hôtel Airport, qui est proche de l’aéroport et desservi par une navette gratuite.

 

Logement

 

Je suis entré en contact avec le CITA, association touristique de l’île Christmas, qui gère différentes propriétés à louer, en leur expliquant le principe du radio amateurisme et les motivations de notre séjour. Leur recommandation était que nous louions deux chambres au « Sunset », placé en haut de la falaise à l’extrémité du nord-est de l’île avec un bon dégagement pour l’Europe et la majeure partie de l’Asie.  Les propriétaires étaient très heureux que nous puissions ériger nos antennes et nous ont attribué des chambres aux deux extrémités du premier étage avec vue sur l’océan.

 

Compétition !

 

En juillet 2009, quatre opérateurs allemands ont annoncé une DX-pedition sur Christmas en novembre/décembre, avec une activité de 160 à 10 m avec amplificateurs en CW, SSB et modes digitaux.  L’opération VK9XW & VK9XX a réalisé un superbe boulot, se concentrant principalement en CW sur les basses bandes et faisant 27.000 QSOs sur une période de deux semaines.  Naturellement, j’ai dialogué avec René DL2JRM, qui a été assez aimable pour fournir beaucoup d’informations utiles.

 

Les antennes

 

Katrina du CITA m’a envoyé quelques photographies du Sunset et des abords afin de nous donner une idée d’où nous pourrions installer nos antennes, mais il n’à semblé n’avoir aucun arbre (ou assez haut) convenablement disposé.  Je lui ai demandé si elle pouvait nous suggérer quelqu’un à qui nous pourrions louer quelques poteaux d’échafaudage et nous donner un tarif pour nous aider à les ériger.  Elle nous a recommandé John McDonald, mieux connu sous le nom de Johnny Mac, avec qui nous avons échangé un certain nombre d’emails en expliquant ce que nous voulions.  Cependant, il était clair que nos suggestions, basées sur les photos de Katrina, les commentaires de Johnny et les images de Google Earth étaient irréalisables et nous avons dû attendre d’être ensemble sur place pour prendre les décisions définitives.  Cependant, il n’y avait aucun problème pour Johnny à fournir des tubes de 6m de long, diamètre 50, de la corde pour haubaner, ce qui fut un grand soulagement.

 

Antennes et équipement

 

Jim est un grand amoureux des dipôles tandis que je préfère utiliser un doublet de 30 mètres alimenté avec une ligne bifilaire 300 ohms.  Avec une petite boîte d’accord, le doublet couvre toutes les bandes de 80 à 10 mètres et il est facile de changer des bandes sans quitter le shack.  Même en journée, changer les dipôles de Jim tend à être une opération à deux personnes.

 

Jim a pris son Elecraft K2 et son ordinateur portable tout neuf avec Wintest sous Windows 7 dans son bagage de main.  J’ai pris mon Kenwood TS-570D et j’ai apporté un nouvel  ordinateur portable avec N1MM.  À mon grand regret, le lecteur de disquette de  mon vieux Compaq avec Win95 et CT,  après avoir tant voyagé a fini par rendre l’âme et a été remplacé.

 

Voyage


Nous nous sommes retrouvés au terminal 3 de Heathrow pour le vol de nuit vers Singapour.  Nos sacs ont été enregistrés pour KL sans difficulté, bien que nous devions récupérer nos cartes d’embarquement  à Singapour pour le transfert Singapour -> Kuala Lumpur.  Le vol était calme, de même que le transfert; les bagages sont bien arrivés.  Malgré un email de confirmation, l’hôtel n’a pas trouvé trace de notre réservation mais ils sont parvenus à nous trouver une chambre.  Nous nous sommes accommodés d’un sommeil changeant et d’un petit-déjeuner matinal avant de prendre le bus pour retourner à l’aéroport pour nous enregistrer.

 

Le vol était à moitié plein ; Jim et moi avons eu une rangée de sièges pour nous seuls.  Les formalités de douane et d’immigration étaient longues, bien que la plupart des passagers aient des passeports australiens.  Les Australiens sont paranoïdes au sujet de l’importation des plantes et des insectes mais nous avons du semblé être respectable, car nos sacs ont été simplement passés aux rayons X et déclarés exempt de toute contrebande.

 

J’avais réservé un taxi pour le transfert à partir de l’aéroport et le conducteur nous attendait comme convenu.  Johnny Mac s’est également présenté en promettant de nous rencontrer au Sunset plus tard, pour nous aider avec les antennes.  Le chemin depuis l’aéroport a pris environ 15 minutes et nous avons été déposés au Sunset, qui été désert . Seule une note sur la porte de la réception confirmait notre réservation.

 

DSC03589

Installation des antennes

 

Nous avons juste eu le temps pour nous changer et faire un tour rapide avant que Johnny Mac n’arrive avec des poteaux d’échafaudage pour faire deux mâts de 12 mètres d’hauteur.

 

Il y avait apparemment des bâtiments abandonnés sur le côté et un palmier plutôt bien placé vers le nord, ainsi j’ai décidé de placer mon mât au milieu des broussailles à l’extérieur d’un de ces bâtiments, à quelques mètres du bord de la falaise, l’attacher en 3 points et placer le centre de mon doublet en haut. Les deux extrémités étaient attachées au palmier pour l’un et au toit du Sunset pour l’autre, faisant ainsi face au nord-ouest.

 

L’emplacement du mât de Jim était un peu dû plus problématique à cause  de la voie d’accès, mais après quelques discussions, nous avons décidé de l’attacher à un poteau en bois, de l’haubaner et d’attacher ses divers dipôles en tant V inversés.  Le mât de Jim était même plus près du bord de falaise que le mien, faisant également face au nord-ouest.

 

Il faisait très chaud et nous avons eu besoin de gants de type industriels pour pouvoir manipuler les tubes d’échafaudage après qu’ils aient été au soleil mais nous avons érigé les mâts et les antennes dans un temps record.  Nous avons placé des isolateurs en plastique au sommet des deux mâts et avons passé une drisse en nylon pour faciliter les changements d’antennes, ce qui était une nécessité pour Jim.

 

Il était alors temps de se retirer au pub local pour se réhydrater et récompenser Johnny pour ses efforts, car il a refusé toutes autres formes de remboursement.

 

Sur l’air

 

Jim a décidé d’ouvrir le bal sur 17 mètres, et fût immédiatement occupé principalement avec un pile-up européen.  Son premier QSO fut avec UA9CCP à 10h13 UTC (heure locale 1713).  Mon premier QSO fut JR5DPV sur 20 mètres à 10h47 UTC mais je n’arrivais pas à produire de pile-up, alors j’ai essayé le 15 mètres, sans beaucoup de succès avant de m’affairer à un beau run de JA principalement sur 30m.

 

Après deux ou trois heures, nous avons fait une pause pour le dîner.  Étant un samedi, tous les restaurants étaient fermés, excepté un, situé à quelques encablures de là. Nous avons alors découvert à quel point le coût de la vie sur l’île est important, principalement en raison du fait que la plupart des choses doivent être importés en plus de la présence du personnel de l’IDC.  La situation ne c’est pas améliorée avec le changement défavorable du taux de change depuis août 2009, en passant d’un taux de 2:1 à environ à 1,6 : 1.  Un dîner simple et une bouteille de bière ont coûté entre £20 et £25. Après dîner, nous étions de retour sur les bandes pendant quelques heures avant de chuter dans le lit, absolument épuisées.

 

Le Sunset possède un réseau WiFi et une connexion internet raisonnable. Ainsi, nous avions prévu de télécharger le log quotidiennement sur mon site Web.  Après un upload réussi le matin du 21 février, le site à eu une défaillance et je n’ai rien pu faire jusqu’à ce que je sois revenu à la maison.  Ce qui était intéressant était la possibilité de se connecter au cluster et d’observer les spots entrants et les commentaires.  Il était également très utile de pouvoir envoyer un spot en commençant une nouvelle session, plutôt que devoir attendre que quelqu’un nous repère.

 

Les conditions ce sont beaucoup améliorées vis à vis de celles éprouvées depuis plusieurs années, avec le SFI autour de 84 lors de notre séjour.  Le 21, j’ai trouvé le 15 mètres ouvert vers le Japon et l’Asie à partir de 5h00 UTC, et l’Europe vers 7h00 UTC.  Jim a trouvé le 12 mètres ouvert en direction de l’Europe vers 11h00 UTC.  J’étais stupéfait de trouver le 10 mètres ouvert vers l’Europe en même temps et nous avons fait de notre mieux pour tirer profit de ces ouvertures.

 

Pour réduire au minimum le nombre de QSOs double, nous avons convenu que, autant que possible, nous resterions chacun sur des bandes différentes.  J’ai travaillé principalement sur 30, 20, 15 et 10 mètres, tandis que Jim fonctionnait principalement sur 40, 17 et 12 mètres.

 

Pendant une soirée, tandis que nous changions un des dipôles de Jim, la drisse dégringola vsur nous en bas.  Seulement une chose pourrait s’être produite, et c’était le frottement de la corde de 2mm de diamétre dans l’isolateur qui l’avait cisaillé.  Il serait nécessaire d’abaisser le mât et de remplacer l’isolateur et la drisse, pas un travail que je n’étais pas disposé à réaliser dans l’obscurité, à deux. Ainsi nous avons temporairement calé le dipôle de 20 mètres plus bas, du mieux que nous pouvions et Jim fut surpris des résultats.  Le matin suivant, nous avons contacté Johnny Mac, qui est descendu dans l’après-midi et très rapidement les choses sont revenus à la normale.

 

Une autre chose s’est produite lorsque j’ai été contacté par le directeur du Sunset qui été accompagné d’une dame qui a voulu me parler « au sujet de mes fils ».  Ma première pensée était que je provoquais des TVI, mais en fait, il s’est avéré qu’elle était la propriétaire du terrain sur lequel mon mât était installé et voulait qu’il soit enlevé au cas où il « tomberait vers le bas et blesserait quelqu’un ou endommagerait quelque chose ».  Elle avait déjà coupé la corde fixant l’extrémité de l’antenne au palmier.  J’ai expliqué qu’abaisser le mât sans risque exigeait trois personnes et que nous devrions entrer en contact avec Johnny Mac, mais que nous allions nous en occuper.  Johnny a discuté un peu plus tard avec le petit ami de cette dame et le problème fut résolu.  Je n’ai pas remis l’antenne sur le palmier, mais j’ai trouvé un point d’attache alternatif  sans noter aucune différence dans les performances de l’antenne.

 

Pratiques

 

Généralement, les pile-up étaient fournis mais se comportait bien et je n’ai pas constaté de de QRM.  Les stations essayant de faire des QSOs double ont toujours été un problème mais je reste très ferme avec eux en précisant « QSO B4 » avant de passer à autre chose.  Seulement à deux reprises les stations concernées ont discuté et j’ai alors noté ces deux QSOs.  Jim a fait environ 40 doubles le premier jour, mais il a ensuite suivi la même méthode que moi.

 

Nous avions été en particulièrement invités à écouter les stations nord-américaines, car il a été dit que le groupe allemand avait ignoré les ouvertures, (bien que les statistiques sur leur site Web semblent réfuter ceci).  Le short-path n’a pas été aidé car il passait par la colline directement derrière l’hôtel.   En conséquence, quand une station des USA cassait le pile-up, nous avons demandé aux autres stations de s’arrêter pour voir s’il y avait d’autres.  Dans les premiers jours, il était difficile de persuader les Européens de faire ainsi.  Il y avait une station G0 bien connue, malheureusement un membre de CDXC (Chiltern DX Club) qui ne cessait pas d’appeler et il a été mis sur la liste noire que nous avions en commun.

 

Avec l’amélioration des conditions sur les bandes hautes et l’excellent travail sur les bandes  basses que les Allemands avaient fait en novembre 2009, nous avons décidé de nous concentrer sur 15, 12 et 10 mètres autant que possible.  Nous n’avions pas prévu de faire du 160 mètres mais j’ai essayé le 80 mètres pendant une soirée et j’ai appelée CQ pendant environ 30 minutes mais j’ai fait seulement un QSO – avec un UA0, il n’y avait donc aucun doute que cela ne servait à rien.  Jim a trafiqué sur 40 mètres vers la fin de la semaine après que le 17 mètres ne soit fermé.

 

Statistiques

 

La table ci-dessous montre la répartition des QSO par bande :

 

BANDE

80

40

30

20

17

15

12

10

TOTAL

G3RTE

0

902

138

212

2,396

0

1,321

0

5,040

G3SWH

1

0

1,790

663

0

2,305

0

457

5,216

TOTAL

1

902

1,928

875

2,396

2,305

1,321

457

10,256

 

La table ci-dessous montre le nombre d’entités :

 

BAND

80

40

30

20

17

15

12

10

TOTAL

DXCC

1

63

77

58

80

77

64

44

102

 

Arrivée à la maison

 

Le vol de retour pour KL a quitté l’île à 12h05 heure locale (0505 UTC) le 27 février et nous avons eu la possibilité d’enregistrer nos bagages jusqu’à notre destination finale, Heathrow, bien que nous devions quand même récupérer nos cartes d’embarquement à KL et Singapour.  Les vols furent calmes bien que nous ayons réalisé que venions de voler entre Kuala Lumpur et Singapour pour la troisième fois de la journée !  C’était un long voyage, pas facilité par le fait que quelques enfants dans la carlingue se soient réveillés pour pleurer toutes les demi-heures pendant le vol Singapour – Londres.  L’arrivée à Heathrow a eu lieu à 5h45 UTC le 28 février et les bagages sont également bien arrivés.

 

Le log brut a été téléchargé dans LoTW le 4 mars et a été également été chargé sur mon site Web (www.g3swh.org.uk/christmas-island.html), montrant l’indicatif d’appel de l’opérateur pour chaque QSO.  Une QSL spéciale en couleur est disponible en direct avec SAE et  l’affranchissement pour le retour.  Les cartes par le bureau peuvent être demandées sur le site Web et seront traitées aussi rapidement que possible.  Les cartes sont également disponibles par le traditionnel  bureau QSL.

 

Nos mercis particuliers vont à nos XYLs, Cheryl et Jan pour nous avoir permis de partir ; à Katrina de l’association touristique de l’île Christmas (www.christmas.net.au) ; à Kashirah de l’agence Travel Echange Christmas Island pour s’être occupée des vols ; à Angie et à tout le personnel du Sunset et à Johnny Mac pour l’aide avec les mâts d’antenne (qu’aurions nous fait sans lui ?) ; aussi bien qu’à tous nos sponsors : (RSGB, Chiltern DXC, GM DX Group, EUDXF, GDXF, Clipperton DX Club, SWISS DX Fundation, West Tenessee DX, association, Nippon DX et Singapore Airlines) pour leur soutien et pour avoir rendu cette DX-pedition possible.

 

Trad : F5CWU