«

»

Mai 08 2017

H74B & H74W: CQ DE L’ÎLE DE MAÏS GRANDE (NA-013)

Par Josep, EA3BT & Núria, EA3WL

 

Depuis  notre dernière opération à Sao Tomé en tant que S9BT et S9WL qui s’est fini il y a seulement trois mois, nous n’avons eu que peu de temps pour préparer notre nouvelle expédition que nous avons projetée durant les semaines de Noël et du Nouvel An. Comme tout un chacun, nous avons repris nos activités professionnelles et le temps est donc passé très vite. Heureusement, le voyage a été réglé facilement et les licences ont été confirmées aisément (celles-ci sont arrivées alors que nous étions actifs depuis AF-023).

Cette fois, ce n’est pas seulement une DXpedition. Nous allons combiner nos deux grandes passions: les voyages et la radio. J’ai donc organisé une tournée autour des endroits les plus intéressants du Nicaragua au cours de la première semaine, puis pour la dernière semaine nous irons activer Big Corn Island (NA-013). Certes le pays n’est pas parmi les plus recherchés du DXCC, mais la référence IOTA n’a pas été activée depuis 13 ans, et nous sommes certains que ce IOTA sera très attrayant.

Puisque nous allons faire du tourisme, nous avons besoin de plus de bagages. L’accès à l’île du Grand Maïs ne peut se faire qu’en ferry après un long et inconfortable voyage de 8 heures ou bien dans un petit avion de La Costeña qui a des limitations de bagages. Nous avons finalement choisi l’option la plus rapide. Par conséquent, afin de respecter les limitations de poids, nous avons décidé que nous n’aurions seulement qu’une station de radio, au lieu des deux que nous avions transportés dans d’autres opérations. Au moins cette fois-ci, je pourrai profiter d’un peu du soleil lorsque Josep sera « on air ». A Sao Tome je n’en ai pas eu l’occasion. Cette fois, nous n’avons eu aucun doute avec l’antenne: ce sera l’EAxbeam qui avait été très bien transporté de S9, avec un dipôle en fil pour le 30 et 40 mètres, et l’Icom IC-7300 avec l’Ameritron ALS-600. Tout cela pour environ 100 kg de bagages, une minutie.

Le temps a passé, les vacances de Noël sont vite arrivées et notre départ pour le Nicaragua est imminent. C’est le plus grand pays d’Amérique centrale, mais aussi le plus pauvre et toujours le plus sûr. Le Nicaragua est quasiment inconnu  des touristes. Nous ne nous attendions pas à découvrir,  la gentillesse des habitants et ces merveilleux paysages avec sept volcans actifs.

Le 24, à 4 heures du matin, nous sommes partis pour l’aéroport El Prat de Barcelone. Au total, nous avons passé plus de 24 heures entre les avions et les aéroports. L’itinéraire est Barcelone-Paris-Atlanta-Managua. Le vol vers Paris est calme, mais nous ne pouvons pas dire la même chose à propos du vol vers Atlanta. Nous y arrivons à 14h30 heure locale et notre vol pour Managua est à 17h55, donc nous avons 3 heures et demi pour le transit, plus que suffisant pour changer d’avion. Mais le contrôle des passeports est très long. La file d’attente est énorme, et comme c’est Noël, les services sont minimes. Nous progressons lentement, il n’y a que trois officiers des douanes pour tous les voyageurs qui veulent passer le contrôle. Nous nous armons de patience (esprit de Noël) et après plus de deux heures d’attente, nous avons finalement passé la  douane. Heureusement, avec nos nouveaux passeports numériques, on espère qu’au retour, nous allons éviter de passer le contrôle des passeports et que nous pourrons utiliser les machines automatiques car nos passeports sont déjà enregistrés dans le système.

Nous récupérons nos bagages, et nous nous dirigeons vers notre nouvelle porte d’embarquement. On supposait que nos bagages devaient aller directement dans l’avion de Managua, mais juste devant nous était le sac avec l’antenne. Nous avons demandé à la seule personne que nous avons trouvé en service si cela était normal et elle a dit qu’elle ne savait rien, que si c’était là, nous devions le ramasser et le remettre au point de ramassage des bagages. Nous avons jeté un coup d’œil à travers les groupes de valises qui étaient autour de la pièce et nous avons découvert que nos deux autres valises étaient également là. Heureusement, nous avions vu l’antenne, car sinon, nous serions allé à Managua sans les bagages !!!

Avec tout cela, nous avons eu moins d’une heure pour monter dans l’avion, et nous n’avons rien mangé encore. Nous décidons d’aller à la salle VIP (rien à voir avec celle de Barcelone, c’est l’un des principaux aéroports internationaux aux États-Unis) et nous mangeons des sandwichs et une bonne bière. Nous avons commencé à nous détendre, puis très vite nous nous sommes rendu compte qu’ils appelaient déjà pour l’embarquement. Nous avons effectué les dernières 5 heures de vol, de façon  confortable et silencieuse, même si l’avion est complètement plein. Nous arrivons à Managua à 8h40 (3:40 heure en EA. Pour entrer dans le pays, nous n’avons pas eu besoin de visa et avons seulement dû payer les frais d’entrée de 10,00 $ par personne. Heureusement, il n’y avait pas beaucoup de vols et nous avons pu faire la paperasse assez rapidement, surtout si nous le comparons avec les douanes d’Atlanta. Le guide nous attend pour nous amener à l’hôtel. Nous nous reposerons un peu après ce long voyage de 24 heures. Heureusement, tous les bagages sont arrivés sans problème. Auparavant, nous devons passer le dernier contrôle, qui comprenait un contrôle de tous les bagages par une machine à rayons X. Les choses ne pouvaient pas être si faciles. Un agent des douanes nous a approchés et demandés ce que nous avions dans le sac de ski. Heureusement, cette fois-ci, nous n’avons eu aucun problème avec la langue et nous pouvions nous expliquer facilement que nous transportions notre antenne radio amateur. Nous avons montré les licences que l’Institut nicaraguayen des télécommunications et des postes (Telcor) nous avait données, ainsi que La facture des antennes et des équipements radio. Ils ont analysé les documents, qu’ils ont reconnus en ordre, mais ils ont indiqué que nous avions besoin du permis d’importation temporaire de l’antenne et des équipements radio, sans lequel il n’était pas possible d’entrer dans le pays. Le problème était que nous étions à la veille de Noël, et le bureau des impôts, responsable de la perception de la taxe à l’importation, a été fermé jusqu’au lundi matin, alors nous devons laisser l’antenne et l’équipement radio en attente et les retirer le matin du lundi 26 décembre, une fois les bureaux ouverts. L’ingénieur en télécommunications qui nous avait aidés dans le processus de délivrance des licences m’avait dit que nous n’aurions aucun problème pour passer la douane, mais si c’était le cas, nous devions contacter le responsable de Telcor qui avait ses bureaux à l’aéroport. Nous étions la veille de Noël et il était près de 10 heures le samedi, alors nous doutions qu’il y ait quelqu’un de Telcor. Nous avons demandé à appeler le responsable. Quelle a été notre surprise quand environ dix minutes après, le directeur de Telcor est apparu, mais cela ne nous a servi à rien, car il a corroboré que les permis d’exploitation étaient corrects, mais a confirmé que le permis d’importation était nécessaire. Nous avons insisté sur le fait qu’on nous avait dit que ce n’était pas nécessaire car nous n’allions pas laisser le matériel dans le pays. Malgré nos efforts et en essayant de leur expliquer que notre le retour à l’aéroport lundi matin était presque impossible, car nous serions de l’autre côté du pays et que cela signifiait refaire notre itinéraire nous ne les avons pas convaincus. Vu que nous n’avions aucune autre option, nous avons abandonné après avoir passé une heure à discuter. Avec tristesse, nous avons vu notre bien-aimé Icom IC-7300 placé dans une boîte de rhum Flor de Caña (le rhum national), fermé avec Bande d’emballage, ainsi que le sac d’antenne. Bien sûr, nous avons reçu un reçu du matériel.

Nous nous  sommes donc dirigés vers la sortie où notre guide était censé nous attendre, vu l’attente nous avions peur qu’il soit parti. Heureusement, il y avait le conducteur avec le carton indiquant nos noms avec un large sourire. Je suppose qu’il était soulagé de ne pas avoir perdu ses clients, malgré une attente de plus d’une heure. Nous lui avons expliqué ce qui nous était arrivé et lui avons demandé de nous emmener à l’hôtel pour se reposer. Heureusement, il était presque minuit et il n’y avait presque personne dans les rues (c’était la veille de noël). Nous avons décidé de sauter le dîner de Noël, car il était très tard et nous étions épuisés. Le lendemain, c’était Noël et nous nous sommes levés à 8h30. Nous avons commencé notre visite guidée de la ville de Managua. Nous avons apprécié notre premier petit- déjeuner à l’hôtel, avec 30 degrés de température et en fond sonore, de la musique de Noël, heh, heh.

La vérité est que je ne m’y habitue pas même si nous célébrons Noël depuis plusieurs années en manches courtes !!!. Edgar, le guide, est arrivé promptement et la première chose que nous avons faite était d’expliquer ce qui nous était arrivé la veille à la douane et que nous devions aller à l’aéroport le lendemain pour récupérer  l’antenne et l’équipement. Cela signifiait de repenser notre  voyage. Nous avons décidé de profiter de la visite de la ville. Nous avons visité les lieux les plus emblématiques: la colline de Tiscapa, la nouvelle cathédrale, l’ancienne cathédrale (détruite par le tremblement de terre du 23 décembre 1972 dans lequel les trois quarts de la ville ont été dévastés et plus de 11 000 personnes ont perdu la vie), la Plaza de la Republica , l’avenue Bolivar peuplée de dizaines de musiciens de Noël. Nous avons apprécié un bon repas.

Le lundi matin, nous avons chargé nos valises dans la fourgonnette qui allait nous transporter dans le pays. Nous nous rendons d’abord à l’aéroport, prêt à récupérer l’antenne et l’équipement. Nous sommes arrivés avant leur ouverture, mais nous n’étions pas les premiers. A 8h30, ils ont ouvert le bureau et un membre sympathique nous a assistés. En montrant nos meilleurs sourires, nous lui avons remis le papier qui nous a été remis à l’arrivée, et après avoir lu et parlé à d’autres personnes (parce que le bureau était plein de fonctionnaires), un garçon est allé chercher les deux paquets. Ils les ont ouverts, ont vérifié ce qui était à l’intérieur et sont arrivés à la même conclusion: il fallait payer la taxe d’importation. Nous avons accepté de payer, mais ce ne serait pas si facile. Ils ne pouvaient pas définir le taux parce qu’ils dépendaient de Telcor. Alors ils ont appelé le bureau à l’aéroport, et après une longue attente, un nouveau fonctionnaire est apparu, qui a examiné tous les papiers et a confirmé que le droit d’importation temporaire devait être payé, mais un document douanier manquait. Il a donné les instructions, et après près de 30 minutes, une personne est apparue avec les fameux papiers. L’employé de Telcor a recueilli les papiers et les factures de l’équipement, et est allé à son bureau, et nous l’avons attendue 30 minutes environ. Enfin, l’agent est venu avec le document béni, nous l’avons payé, après avoir attendu notre tour (plus de personnes étaient là pour collecter des paquets retenus à la douane) et après 20 minutes supplémentaires, nous avons finalement reçus l’équipement et l’antenne.

Étant donné que nous étions à l’aéroport nous sommes allés voir la compagnie aérienne locale La Costeña, qui devait nous emmener à Big Corn Island le 31 décembre. L’avion étant petit, nous voulions nous assurer que nous pourrions prendre tout le matériel. Nous avons choisi d’envoyer l’antenne à l’avance en payant bien sûr une nouvelle taxe. Nous étions désormais moins chargés et nous avons pu commencer notre voyage à travers le pays. Nous avons pu ainsi apprécier la gentillesse du peuple nicaraguayen, parler avec eux et admirer ses belles villes coloniales, comme Leon et Grenade, prendre un bateau pour les îles Grenade, visiter l’île d’Ometepe (la plus grande située sur un lac intérieur) ou visiter et admirer les 7 volcans actifs du pays. Beaucoup d’entre vous pouvaient voir les photos et nous suivre pendant notre voyage sur mon facebook (https://www.facebook.com/ea3wl), que je vous invite à visiter afin que vous puissiez voir à quel point le pays est magnifique. Et à la fin de chaque journée, nous dégustions une bière locale fraîche et savoureuse assis à la terrasse d’un bar de la place principale du village. La gastronomie est aussi excellente,en particulier le bœuf (Mmmmm !!). Notre guide Edgar, avec joie et gentillesse nous a conté ce merveilleux pays.

Le 31 décembre, nous sommes retournés à Managua. Le plaisir était terminé et il était temps de commencer notre aventure radio. Nous sommes arrivés à l’aéroport pour prendre le premier des 3 vols quotidiens qui font la route Managua-Big Corn. Nous étions ponctuels, je dirais les premiers, et nous n’avons eu aucun problème pour vérifier le reste de nos bagages. Le même type que nous avions vu le 25 était au comptoir d’enregistrement. Il se souvenait de nous et confirmait que l’antenne était arrivée sans problème à la destination. Nous avons dû attendre près de deux heures. Enfin nous passons l’embarquement et nous nous dirigeons vers un avion à deux cylindres et 40 places. L’embarquement était très rapide (nous n’étions pas nombreux, heh, heh) et nous avons décollé. Après une heure et 45 minutes, en s’arrêtant à Bluefields, nous avons vu apparaitre la petite île de Big Corn et nous avons atterri sans problème sur la piste qui traverse toute l’île.

Sorti de l’aéroport, nous chargeons nos bagages dans une Toyota Yaris pour nous rendre à l’hotel. Tous les taxis sont des petites voitures, car l’île est minuscule et il n’y a qu’une seule route qui dure environ 15 minutes, et le seul moyen de transport est le taxi ou le bus. Et les taxis sont partagés, alors, lorsque vous en arrêtez un, il peut y avoir déjà des occupants. Le tarif est fixe: 3,00 $ où que vous alliez. Nous sommes arrivés à l’hôtel Paraiso Beach et, après l’enregistrement, nous sommes allés au bungalow et avons immédiatement étudié le terrain pour décider où placer notre antenne Eaxbeam. La vérité est que nous n’avions pas beaucoup d’options, car parmi les bungalows il y avait de belles pelouses et des arbres rapprochés et des palmiers trop hauts.

Nous avons opté pour la seule option possible: utiliser un petit palmier qui se trouvait juste entre les deux bungalows, auquel nous attachions le mât télescopique que Mastilboom nous avait proposé. C’était le 31 décembre et nous avons dîné et fêté la Saint-Sylvestre dans le petit hôtel, mais nous voulions aussi terminer l’année en faisant de la radio. Nous avons apprécié un bon repas et nous sommes ensuite dirigés vers le «travail». Nous avons commencé à monter l’antenne EAxbeam que nous avons attaché au petit palmier avec des cordes. Nous avons attaché une poulie sous l’EAxbeam pour soulever les dipôles de 30 et 40 mètres, et nous avons commencé à élever le mât télescopique sans difficulté. Nous avons fini l’installation à 17 heures heure locale (23:00 UTC).

Une fois que nous avons vérifié que tout était prêt et que tout fonctionnait sans problème, Josep m’a donné le plaisir d’inaugurer notre nouvelle DXpedition et, enfin, à 18h17, heure locale, le 31 décembre, j’ai lancé notre premier CQ en 20 mètres. Nous avions atteint notre objectif d’être sur l’air le dernier jour de l’année … mais en fait il était déjà 00:17 UTC le 1er janvier 2017, alors nous étions pour la première fois dans le monde DX de 2017! ! H74W était déjà sur l’air, et mon premier QSO était avec VE3VEE. Une fois terminé, j’ai appelé mais personne d’autre n’est apparu. Puis KJ3L a répondu, mais après cela, un silence absolu. Cela n’avait pas l’air bien, et il semblait que Mme Propagation allait nous jouer un tour. Nous avons essayé d’essayer le groupe  d’antenne 40 mètres pour voir si nous pouvions trafiquer en Europe, mais nous n’avions pas beaucoup d’espoir, car il était 1 heure en EA, et vous étiez en fête. Qui viendrait à la radio à ce moment-là, tout en célébrant l’arrivée de la nouvelle année? Mais à notre grande surprise, après le premier CQ à 40 mètres, est apparu immédiatement EA7YU, et après lui, un bon pile-up. Après presque une heure et demi à la radio, j’ai abandonné le microphone et Josep a pu lancer son premier CQ en tant que H74B à 01:41 UTC et a fait son premier QSO avec N4SLR, puis contacté notre ami Fer, EA5FX à qui nous avons souhaité le nouvel an, un deuxième américain et le quatrième qso était notre président, Pedro, EA1YO. Nous avons fait le dernier QSO de 2016 pour nous (vous étiez déjà en 2017) avec Luismi, EA2LMI.

Nous sommes passés QRT puisque nous devions aller au dîner de la Saint-Sylvestre. Une bonne douche, car nous avons sué sous un soleil  de plus de 30 ° C pendant l’assemblage de l’antenne. Très beaux, nous sommes allés au restaurant où les tables étaient presque toutes occupées. Nous avons apprécié un dîner agréable, accompagné de musique, sous l’œil vigilant du «Burning Man», une grande pétale habillée et farcie de roquettes qui brûle dans un incendie dans le but de brûler le mauvais et l’ancien et d’accueillir le nouvel An. A minuit, nous nous sommes tous dirigés vers la plage, avec nos boissons et nos glacières remplies de bière, et ils ont commencé à préparer le feu de joie qui devait être le protagoniste de la nuit. Nous avons eu nos 12 raisins au rythme de la musique caribéenne. Nous avons apprécié la fête pendant un moment, mais avons décidé de nous endormir car nous étions épuisés et nous voulions nous lever tôt pour tirer le meilleur parti des heures de radio.

Le lendemain, à 7 heures du matin, Josep était de retour dans l’air, cette fois-ci en 20 M CW pour ne pas me réveiller. Et les QSO en télégraphie ont commencé à remplir le journal pendant les 3 prochaines heures. Ensuite il est allé à SSB, et après un bon petit-déjeuner, je l’ai remplacé sur 17 mètres, où les conditions étaient fantastiques. Josep et moi sommes allés à tour de rôle à la radio et ne nous sommes pas arrêtés, juste une petite pause pour le déjeuner et le dîner. Et donc jusqu’à tard dans la nuit, puisque les conditions de propagation en 40 mètres étaient vraiment bonnes vers Europe.

Nous avons eu de gros pile-up, qui ont dépassés nos attentes à Big Corn Island. Dans les derniers jours, Josep était essentiellement dévoué à la CW, et je n’étais actif qu’en SSB, pour éviter les éventuels dupes. Nous avons eu de très bonnes ouvertures avec l’Europe, avec des signaux fantastiques, surtout pendant les matinées et les après-midi, alors que les Américains entrent à tout moment en raison de la proximité, et les JA sont essentiellement entendus à l’aube et au coucher du soleil. Nous essayons de faire attention à toutes les ouvertures et d’échanger les bandes et les modes pour donner l’opportunité à tous. Malheureusement, nous n’avons pas actif en RTTY. Mais les pile-up étaient énormes en CW et SSB. Puisque que nous avons eu Internet, nous avons pu utiliser l’outil QSO Director (www.qsodirector.com) que notre ami Martin, A65DC avait configuré pour nous et qui nous a permis de suivre en temps réel les QSO qui étaient en cours, et éviter ainsi les « dupes » détestés. Cette fois, pas comme à Sao Tomé, nous avons pu profiter du bon temps et d’un soleil fantastique, alterné avec des averses occasionnelles, mais au moins pendant que Josep trafiqait, je pouvais apprécier agréablement le chaud soleil des Caraïbes et quelques bains fantastiques dans les eaux turquoises. Pendant ces jours-là, nous avons à peine quitté l’hôtel, pour faire une promenade en moto autour de l’île et apprendre à la connaître un peu.

Big Corn est célèbre pour ses homards et l’économie locale est basée sur la pêche, et bien sûr sur le tourisme. Heureusement, le tourisme est contrôlé et il n’y a pas d’immense complexe hôtelier. Ils parient sur le tourisme durable et j’espère qu’ils ne changeront pas de cap, ils garderont ainsi l’originalité de ce magnifique paradis. La population est fondamentalement colorée, car tous sont censés être des descendants d’esclaves noirs africains  qui étaient  sur un navire portugais naufragé sur les rives des Indiens Miskito et mélangé avec eux. L’anglais est la langue de l’île  parce que la région était un des lieux préféré des pirates anglais et plus tard des colons britanniques. Quel mélange de cultures!

Nous avons passé plus de 18 heures par jour à la radio. H74W était toujours sur SSB et H7B était sur SSB et CW. À la fin, nous avons ajouté 7 777 QSO à notre journal, dont 4 581 étaient en SSB et 3 196 en CW. Et, avec beaucoup de regret, nous devions rester QRT le 6 janvier à 14h41 UTC (heure locale: 8h41), car nous avons dû quitter l’hôtel à midi et prendre l’avion. Cela devait nous ramener à Managua à 16h00. Heureusement, le démontage est beaucoup plus facile, et nous avons réussi à être à l’heure. Après une dernière dégustation de homards, nous sommes retournés à l’hôtel, avons ramassé nos bagages et sommes allés à l’aéroport pour essayer d’être les premiers et ainsi nous assurer que tous les bagages étaient sur le vol. Après avoir pris les dispositions et payé à nouveau l’excès de bagages, nous sommes allés à la petite salle d’attente qui était bien remplie de tous les passagers du vol. L’avion est arrivé à l’heure, et à quatre heures de l’après-midi, nous avons quitté l’île de Big Corn et, pour la dernière fois, nous avons pu voir l’île de la fenêtre. Cette fois, le vol a été direct, alors, après un peu plus d’une heure de vol, nous avons atterri à Managua. Après avoir récupéré tous les bagages, nous sommes allés dehors et sommes revenus au chaos de la capitale. Nous avons attendu un moment l’arrivée du conducteur qui devait nous apporter la valise que nous avions laissée à Managua et nous ramener à l’hôtel pour passer la nuit et prendre le lendemain le premier des 3 vols qui nous ramène à maison. Un peu fatigué de homards, nous avons décidé d’aller dans un bon steakhouse (Asados ​​el Patio) et de profiter d’un bon Gator, une coupe d’environ deux livres et demi (environ 1 Kg environ) avec une bière Toña glacée. Mmmm, pour se lécher les doigts. Avec notre ventre plein, nous sommes allés dormir et le lendemain, très tôt, nous sommes retournés à l’aéroport. Nous sommes montés à bord, payant à nouveau pour les excès de bagages, mais nous n’avons eu aucun problème à passer tous les bagages à la douane. A 8h30, nous sommes partis de Managua et avons commencé notre voyage en arrière, un peu triste de laisser derrière nous un pays fantastique, authentique et amical qui doit encore être découvert, mais satisfait des bons résultats obtenus et de la bonne propagation. Après 3 vols, nous sommes arrivés le lendemain, le 8 janvier à Barcelone. Lorsque vous lirez ces Lignes, nous aurons probablement déjà fait les îles Bijagos (AF-020) en Guinée-Bissau pendant la Pâques 2017!

Voici quelques informations sur l’opération: • indicatifs utilisés: H74B et H74W • Informations QSL: via EA3BT, De préférence via OQRS de Clublog • Nombre total de QSO: 7 777 • Durée de l’opération: 5 jours et 14 heures (1er au 6 janvier 2017) • Modes utilisés: SSB et CW • Bandes activées: 10, 12, 15, 17 , 20, 30 et 40 mètres. Equipement utilisé: • Station: o Icom IC-7300o Ameritron ALS-600 amplificateur linéaire Power supply  – Heil headphones o Ordinateur portable • Antennes: o 1 EAxbeam pour 10, 12, 15, 17 et 20 mètres o dipôle fil pour 30 & 40 mètres.

Nous tenons également à remercier toutes les associations et les entreprises qui nous ont aidé dans ce projet: Clipperton DX Club- Lynx DX Group- Unión de Radioaficionados Españoles- ARCAT – Association des Radioaficionats de Catalogne- Section Comarcal URE del Garraf- EAxbeam- Hambuy- Astroradio- Mastil-Boom Et aussi: – Martin (A65DC) pour nous permettre d’utiliser son Outil, directeur de QSO et configuration du système Jose (EA5WP) pour la conception de notre logo-Antonio (EA3KK) pour nous aider avec la préparation technique.- L’ingénieur Melania Ortiz de TELCOR pour son aide dans le processus de licence.- Mike, Jazz et tout le personnel du Paraiso Beach Hotel à Big Corn Island pour nous avoir  servi si merveilleusement pendant notre séjour

Je ne veux pas oublier encore une fois notre fils Marc, qui nous a toujours soutenu dans tous nos projets et nous a encouragé à faire ce que nous aimons.

Meilleurs 73 et au plaisir de vous entendre lors de nos prochaines dxexpéditions.

 

 

Print Friendly